Sociologie honnête du jeune de banlieue

19 septembre 2013

4 - Banlieus'art

Sociologie honnête du jeune de banlieue dans 4 - Banlieus'art 2410680997_small_5

 

Jeunesse de banlieue. Il faut entendre par là « individu masculin entre 12 et 25 ans au faciès basané, vivant dans un ghetto social à faibles revenus et au taux de chômage supérieur à la moyenne nationale, prompt à la délinquance ».

Force est de constater que le jeune « wesh » inspire bien souvent dégoût et crainte. Il suffit de lire certains commentaires sur divers forums ou sites vidéos pour constater le fort intérêt -plus souvent négatif que positif- par rapport à cette jeunesse. Il est également monnaie courante de voir des amalgames entre le « musulman » et le « jeune délinquant basané ».

Tentons ici une sociologie proche de la réalité, en se mettant à la place du jeune de banlieue si détesté par la majorité :

- Je suis né en France mais mes parents ou grand-parents viennent du Maghreb ou d’Afrique noire, arrivés en France dans l’espoir de trouver un travail en pleines Trente Glorieuses ou par le regroupement familial, le Capital ayant ordonné aux politiques l’ouverture des frontières afin de bénéficier d’une main d’oeuvre docile et bon marché, tout en faisant baisser les salaires.

J’ai fréquenté les institutions de la République, notamment l’école. J’y ai appris à lire, écrire, compter et l’histoire officielle de France. Ma langue maternelle est le français.

- En regardant autour de moi dans mon quartier, je constate que bien peu en sont sortis. Je sais pertinemment que même avec un bon diplôme, il est inutile de tenter le privé dans le secteur tertiaire, le jeune maghrébin ou noir ayant une trop mauvaise réputation. Secteur secondaire alors ? Finir dans la mécanique ou la maçonnerie ? Peu de chances d’être embauché si le patron n’a pas la même couleur que moi… Et puis, faut se lever tôt pour trimer et gagner peu ! Nique sa mère !

Mon cousin sorti de zonzon se fait pas mal de cash avec le shit, il s’est même payé une Benz sans crédit juste pour voir la gueule du vendeur ! Pourquoi se lever tôt pour un SMIC lorsqu’on peut gagner plusieurs fois ça et se lever tard ?

- Mon film préféré est Scarface, meilleur que ce film-cliché qu’est La Haine de Kassovitz. C’est aussi LE film culte dans mon quartier, et dans de nombreux autres. Mes mains sont faites pour l’or mais elles sont dans la merde, ça c’est de la philo ! Le petit couillu Montana se fait un paquet d’oseille dans le banditisme, parvient à baiser la bourgeoise blonde et à se payer une villa clinquante, battant des records de mauvais goût. Ce pélo, c’est un FOU ! Et oublie pas cousin : « the world is yours », c’est Tony qui l’a dit.

- J’écoute aussi du Rap qui m’apprend plus à haïr la France qu’à faire mes devoirs et à chercher le droit chemin. Musique popularisée à partir du milieu des années 80 en France avec la déferlante Hip Hop, on avait enfin notre culture à nous. Une culture jeune et rebelle, on pouvait enfin s’exprimer et canaliser notre énergie. Okay, c’était une imitation de ce qu’ils faisaient aux States, mais on a le droit à la récup’ comme ces putains de yéyés ! Rap constructif ou Rap destructeur pro-banditisme, je ne fais plus la différence. La haine grandit en moi et il devient facile de trouver un bouc émissaire : Le français de souche.

- Le PS dominant dans les années 80, mes grand-frères virent des éducateurs ex-trotskistes venir faire la morale dans le quartier, voyant en eux des jeunes plein d’énergie et malléables à souhait. SOS Racisme leur apprit la rhétorique de l’excuse permanente (c’est pas ma faute si je chourave), la haine du français de souche à cause de la colonisation. On occulte totalement les rapports de classe et la logique capitaliste grandissante du XIXe siècle, légitimée par les Lumières de la gauche de l’époque (Jules Ferry) en « apportant la civilisation aux arriérés ». Le petit babtou éternel colon aux ancêtres paysans ou ouvriers doit quand même payer.

- Je m’invente des histoires de baise extraordinaires, malgré le fait que je sois souvent recalé à l’entrée des boîtes et que je ne suis qu’un tocard lourdingue en bas de l’échelle sociale pour beaucoup de filles. Quand je baise, c’est souvent des salopes du quartier ou même des putes bas de gamme (de notoriété publique, qu’on se fait tourner entre nous par solidarité).

- Il m’arrive parfois de jurer sur la Mecque et le Coran, même si je ne l’ai jamais lu en entier. Je crache sur le bitume, je fume du shit, je commets des larcins, je lasse mal mes shoes, j’ai l’insulte facile (référence à l’inceste récurrente). Ce ne sont pas des préceptes coraniques, mais wallah c’est pas facile de suivre cette spiritualité millénaire qui demande une éthique certaine. Moi, je préfère la loi de la rue et les codes de caïds. Le respect c’est important. Puis je mange pas de porc et je fais le Ramadan, c’est déjà ça.

Hey, mon cousin s’est reconverti à l’Islam en sortant une nouvelle fois de zonz, il porte le kamis made in China et la barbe zebi ! Je comprends pas. Il me dit qu’il veut arrêter le shit, bah c’est moi qui reprend le business t’inquiète. Au moins, il a gardé sa paire de Nike.

- Je ne suis pas responsable de la crise partie de Wall Street mais je vois qu’on aime bien s’acharner sur moi sur le Net et à la télé zebi. Je suis pas responsable de tous les malheurs de notre temps, je suis juste un pur produit sordide de cette époque pitoyable mais on m’a jamais aimé, j’ai jamais pu vous montrer mes qualités avec toutes ces manipulations, je suis aussi une victime ! Vous avez qu’à tous niquer vos mères bande de fils de putes.

Comprendre nécessite de l’empathie. Il ne s’agit pas d’excuser (quoique la France a des racines catholiques, le pardon est un concept essentiel) mais de se mettre à la place du jeune de banlieue tombé dans tous les pièges tendus par le Système : c’est devenu un délinquant qui n’a rien à voir avec un musulman pieux se tournant vers l’ascèse pour Dieu. Ce jeune est en pleine crise identitaire et maîtrise peu de choses dans sa triste vie qui ne lui fait pas de cadeau. N’hésitez pas à lui en parler, le sportswear et la mauvaise éducation ne sont pas des fatalités.

 

Retrouvez l’auteur de cet article (humanitededemain) sur http://humanitededemain.centerblog.net/

, , ,

À propos de thcondition

"Le capitalisme a eu besoin de la pensée libertaire pour élargir son marché et faire tomber tous les freins moraux qui empêchaient son extension" "Le féminisme est le cheval de troie du capitalisme." "Il est fatal que l'université produit de l'intellectuel de série. Et l'intellectuel de série, c'est comme le poulet d'élevage." "La destruction de la famille amène à l'individualisme intégral c'est à dire à la dictature du moi je, qui est le corollaire du libéralisme." Propos d'A.S - E&R.

Voir tous les articles de thcondition

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Soluck |
ça va péter!! |
Comptablog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tutoneobux
| aceneco2
| Declaration de la ligue des...